infoetsecret.com

Tokyo ne devrait plus être habitée, "Un médecin japonais met en garde les résidents en ce qui concerne les radiations"

5 Septembre 2014 , Rédigé par infoetsecret.com Publié dans #Fukushima

Tokyo

Natural News - Dans un essai adressée à ses collègues, le médecin japonais Shigeru Mita a expliqué pourquoi il a récemment déménagé de Tokyo à rouvert  son cabinet dans l'ouest du Japon: Il croit que Tokyo n'est plus sûr pour y d'habiter en raison de la contamination radioactive causée le Mars 11 2011, par l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima..

L'essai, intitulé "Pourquoi je quitte Tokyo?" a été publié dans le bulletin de l'Association des Médecins à Kodaira, Tokyo métropolitaine.

Les analyses de sol révèlent une contamination


Dr Mita ouvre son essai en contextualisant sa décision de quitter, en notant qu'il avait une longue histoire en tant que médecin à Tokyo.

"J'ai fermé en Mars 2014, la clinique qui avait servi la communauté de Kodaira depuis plus de 50 ans et j'ai ouvert une nouvelle clinique à Okayama-ville le 21 Avril," écrit-il.

Dr Mita note que, pour les 10 dernières années, il avait travaillé pour persuader le gouvernement municipal de Tokyo  de stocker des à pilules  d'iode à distribuer à la population dans le cas d'un accident nucléaire. La préoccupation de M. Mita a été basé sur l'hypothèse d'un tremblement de terre qui pourrait déclencher une crise à la centrale nucléaire de Hamaoka. Toutes ses demandes ont été rejetées, sous prétexte qu'il n'y avait aucune raison de s'attendre à un tel accident.

Quand la catastrophe de
Fukushima s'est produit, Tokyo n'a pas agi pour protéger sa population, et n'a toujours pas pris de mesures. Pourtant, d'après les enquêtes du sol, le Dr Mita noté, «Il est clair que le Japon de l'Est et la zone métropolitaine de Tokyo ont été contaminés par les radiations."

Dr Mita compare la contamination radioactive du sol (mesurée en becquerels par kilogramme, Bq / kg) dans les différents quartiers de Tokyo avec celle observée dans diverses parties de l'Europe après la catastrophe de Tchernobyl.

Avant 2011, Shinjuku (la région de Tokyo qui abrite le gouvernement municipal) le sol a été testé à seulement 0,5-1,5 Bq / kg. Aujourd'hui, les niveaux à proximité de Kodaira sont à 200-300 Bq / kg.

"Dans les 23 districts de la communauté urbaine de Tokyo, la contamination dans la partie orientale est de 1000-4000 Bq / kg et la partie ouest est de 300-1000 Bq / kg", écrit le Dr Mita.

A titre de comparaison, Kiev (capitale de l'Ukraine) a un sol testé à 500 Bq / kg (Cs-137 seulement). Suite à l'accident de Tchernobyl, Allemagne de l'Ouest et l'Italie ont déclaré des niveaux de 90-100 Bq / kg, et des effets mesurables sur la santé ont été observés sur leurs populations.

Dr Mita note que la situation radiologique à Tokyo s'aggrave en raison de la concentration de déchets solides dans de petites zones telles que les décharges municipales et les stations d'épuration. C'est pourquoi, dit-il, les niveaux de rayonnement dans les lits des rivières de Tokyo ont effectivement augmenté au cours des deux années précédentes.

"Tokyo ne devrait plus être habitée, et ... ceux qui insistent pour rester à Tokyo doivent prendre des pauses régulières dans des zones plus sûres», écrit le Dr Mita. "Des questions telles que le dépeuplement et le déclin de l'Etat continuent de peser sur la vie des deuxième et troisième générations d'Ukrainiens et les Biélorusses aujourd'hui, et je crains que cela n'arrive dans l'Est du Japon."


L'essai du Dr Mita relate également les nombreux cas qu'il a observés de patients présentant des problèmes de santé induits par les radiations. Il note que, depuis 2011, il a observé que le nombre de cellules saines est en baisse chez les enfants de moins de 10 ans, y compris chez les enfants de moins d'un an. Dans tous ces cas, les symptômes s'améliorent généralement si les enfants se déplacent à l'ouest du Japon. Il a de même observé des symptômes respiratoires persistants qui s'améliorent chez les patients qui quittent l'ouest du Japon.

D'autres patients ont présenté des symptômes, y compris "saignement de nez, perte de cheveux,  manque d'énergie, saignements sous-cutanés, hémorragie urinaire, inflammations de la peau,  toux et divers autres symptômes non spécifiques." Il note également les symptôme
élevés de rhumatisme musculaire semblables à celles observées lors de la catastrophe de Tchernobyl.

«Depuis le 3.11, tous ceux qui vivent au Japon de l'Est, y compris Tokyo sont des victimes, et tout le monde est impliqué,» écrivait-il.

Traduction libre: www.infoetsecret.com

Sources :

http://www.naturalnews.com/046112_radiation_Fukushima_Tokyo.html
http://www.save-children-from-radiation.org
http://science.naturalnews.com

Partager cet article

Commenter cet article