infoetsecret.com

Pénurie de femmes en chine / USA : SDF, l’autre solution

29 Avril 2016 , Rédigé par www.infoetsecret.com Publié dans #REPORTAGE

La Chine compte déjà un surplus de 30 à 40 millions d'hommes. Dans certaines régions, on voit apparaître un monde sans femmes: les “villages de célibataires”. Les rares filles ont déserté pour chercher un mari riche à la ville. Les hommes qui veulent avoir une chance de se marier sont obligés de partir vers d’autres régions. Des millions de jeunes célibataires affluent vers le sud du pays, et travaillent nuit et jour dans les usines du Delta des Perles, l’atelier du monde, tout en tentant de trouver l’âme soeur. Mais, là aussi, les filles se font de plus en plus rares. De désespoir, certains kidnappent des femmes. D’autres partent s’en acheter une à l’étranger. Des Birmanes, des Vietnamiennes, des Indonésiennes "importées" en Chine. Alors que la Chine vient de mettre fin officiellement à 35 ans de politique de l’enfant unique — grandement responsable de ce déséquilibre entre les sexes — des célibataires, broyés par cette impossibilité mathématique de trouver une femme, témoignent et nous emmènent au coeur du trafic, prêts à tout pour ne pas rejoindre les rangs des célibataires endurcis. Ceux que les Chinois appellent "guang gun", les branches mortes, qui ne porteront jamais de fruits. De Marjolaine Grappe et Christophe Barreyre – ARTE GEIE / OrientXpress – France 2016 USA : SDF, l’autre solution ----------------------------------------­-- « Housing First », une nouvelle méthode commence à faire ses preuves. Cette solution d’une simplicité confondante propose un domicile à ceux qui n’en ont pas, à ceux qui vivent dans la rue depuis longtemps et souffrent d’addictions et de graves problèmes psychiques. A Los Angeles, Anthony Ruffin et Rudy Salinas, deux travailleurs sociaux de l’association Housing Works, relogent des SDF que personne n’avait réussi à arracher à la rue. C’est l'une des premières structures à proposer une méthode aux antipodes de ce qui se pratiquait jusqu’ici. Au lieu de demander à ces personnes de régler leurs éventuels problèmes d’alcool ou de drogue, puis, de les récompenser en de leur trouvant un toit, l’association les loge d’abord et les aide à se soigner ensuite. Cette solution séduit de plus en plus les autorités américaines : loger un SDF est moins coûteux que de solliciter des services d’urgence de santé, de police, de prison, d’hébergement collectif… Un SDF peut coûter entre 50 et 150 000 dollars par an à la collectivité, mais seulement 20 à 25000 dollars par an si on le loge tout en s’occupant de ses problèmes de santé. Aux Etats Unis, l’Etat de l’Utah a ainsi réduit ses SDF de 91% en combinant cette méthode avec la construction de logements sociaux. Et la méthode « Housing First » a été imposée par Barack Obama à l’administration des vétérans avec pour objectif de réduire à zéro leur nombre dans la rue d’ici la fin 2016. De Catherine Monfajon, Yann Varenne et Ludovic Fossard – ARTE GEIE / Découpages – France 2016

Partager cet article

Commenter cet article