infoetsecret.com

Le dernier des Tsars, la famille Romanov (Documentaire)

4 Juin 2016 , Rédigé par www.infoetsecret.com Publié dans #DOCUMENTAIRE

Le temps des processions et des parades s'achèvent et la Russie va être submergée par les tempêtes de la première guerre mondiale. Le tsar est un personnage faible et indécis bien incapable de tenir ferme la barre Nicolas (« Nicky » pour la famille) est avant tout un bon père très attaché à ses enfants et un bon époux, passionnément amoureux de sa femme. La correspondance du journal intime de Nicky et Alix raconte leur amour qui se révèlera fatal Nicolas II n'a ni la l'envergure ni l'ambition d'être tsar, il n'aspire qu'à une vie paisible Mais que cela lui convienne ou pas son destin lui impose de régner en autocrate sur l'immense Russie, héritier que la famille Romanov se transmet depuis 3 siècles et qu'à son tour il devra transmettre à son fils. Nicky et Alix auront pour constants compagnons l'amour et la violence. Leur amour est celui qu'il porte à leurs enfants, les rendront aveugles face à la violence du monde extérieur Et la révolution pour finir les mettra tous à mort dans un cachot de Sibérie.

L'ombre de Raspoutine Grigori Efimovitch Raspoutin, par la suite Raspoutine-Novyi, probablement né le 21 janvier 1869 dans le village de Pokrovskoïe, est un pèlerin, soi-disant mystique et guérisseur russe. Il devint le confident d'Alexandra Feodorovna, épouse du tsar Nicolas II, ce qui lui permit d'exercer une forte influence au sein de la cour impériale russe, jusqu'à son assassinat, à Saint-Pétersbourg, dans la nuit du 16 au 17 décembre 1916, à la suite d'un complot fomenté par des membres de l'aristocratie.En 1907, Raspoutine, qui s'est acquis une réputation comme guérisseur, est pour la première fois invité par le couple impérial au chevet de leur fils Alexis, leur unique garçon et l'héritier du trône, atteint d'hémophilie. Ce n'est que plus tard, durant le règne du tsar, que Raspoutine serait devenu un personnage influent, en particulier après septembre 1915. On a pu prétendre que Raspoutine avait participé à jeter le discrédit sur la famille impériale, et qu'il constitua l'un des éléments qui causèrent la chute des Romanov. La tsarine et sa famille ont pu le considérer comme un guérisseur, un mystique, voire un prophète, mais ses ennemis le voyaient comme un charlatan débauché, mû par un appétit sexuel démesuré, voire comme un espion. Certaines zones d'ombre subsistent concernant la vie et l'influence de Raspoutine, ce que l'on sait de lui étant souvent basé sur des témoignages partiaux, en partie alimentés par la propagande anti-monarchiste, des rumeurs et des légendes.

A la mort de son père, Nicolas devient tsar sous le nom de Nicolas II. N'ayant aucun intérêt pour la politique, il confie à son futur beau-frère, le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch : "Que dois-je faire ? Je n'ai pas été préparé à régner. Je ne comprends rien aux affaires de l'Etat. Je n'ai pas la moindre idée de la façon dont on parle aux ministres. Je n'ai jamais voulu être tsar ! Qui peut sauver la Russie ?". La même année, Nicolas épouse une jeune princesse d'origine allemande, petite-fille de la reine Victoria, dont il est amoureux depuis plusieurs années, Alix de Hesse-Darmstadt, connue en Russie sous le nom d'Alexandra Feodorovna. Entre 1895 et 1901, l'impératrice met au monde quatre filles : Olga, Tatiana, Maria et Anastasia. En 1904, Alexandra met enfin au monde un fils, le Tsarévitch Alexis. La joie des souverains ne dure guère longtemps. Peu de temps après sa naissance, les médecins détectent à Alexis une maladie incurable : l'hémophilie, "la maladie des rois", qui empêche le sang de coaguler correctement. Un seul cognement, une seule chute ou un seul saignement de nez, peuvent à tout instant tuer l'unique héritier au trône. Pour sauver la vie de son fils, Alexandra se tourne vers un homme de Dieu qui, semble-t-il, est le seul capable d'arrêter les hémorragies du petit Prince. Il s'agit de Grigory Raspoutine, un moujik venu de Sibérie. Sa vie de débauché ternie à jamais l'image des Romanov. Nicolas II doit également faire face à un autre problème. Tandis que les troubles révolutionnaires gagnent en intensité, le tsar n'arrive plus à imposer son autorité et peine à s'engager sur le chemin des réformes. C'est dans le contexte de la Première Guerre Mondiale que l'opposition sociale-démocrate, dominée par les bolchéviques, jure la perte de la Monarchie. La Révolution est en marche et elle emportera tout sur son passage. La dynastie des Romanov en premier. imineo Documentaires

Partager cet article

Commenter cet article