infoetsecret.com

Crise budgétaire aux Etats-Unis : les républicains et les démocrates peinent à se mettre d’accord

6 Octobre 2013 , Rédigé par Admin Publié dans #ECONOMIE

Par La Voix de la Russie | Depuis une semaine les Etats-Unis connaissent une crise budgétaire. Faute d’accord entre les républicains et les démocrates la nouvelle année financière a été entamée sans le principal document budgétaire. Un tiers de gouvernement est au chômage technique. Des agences vitales pour le pays ont été fermées.

Des centaines de milliers de personnes se sont retrouvées privées de revenus. Mais le plus important, c’est qu’à cause des hommes politiques les Etats-Unis sont à deux pas de l’apocalypse financière le pays risquant connaître une faillite d’ici une dizaine de jours. Et pour le moment ni les démocrates y compris Obama, ni les républicains ne veulent céder. De notre correspondant aux Etats-Unis, Roman Mamonov.

Les républicains et les démocrates qui ne veulent faire aucune concession ont créé une situation franchement absurde. Le parti de l’Éléphant (républicain) refuse d’approuver la loi budgétaire pour la nouvelle année financière en exigeant de renoncer ou ajourner la réforme du système de la santé publique. Le parti de l’Ane (démocrate) s’y oppose fermement et refusent de rouvrir les agences gouvernementales même partiellement. Les deux veulent avoir « le tout, si non rien ».

Le problème vient du fait que la Chambre des représentants, chambre basse du Congrès des Etats-Unis, est contrôlée par la majorité républicaine alors que le Sénat, chambre hausse, par les démocrates. En plus, le démocrate Obama a promis d’opposer son véto en cas de toute tentative des républicains de mettre les bâtons dans les roues de la réforme du système de la santé publique qui a reçu le nom d’Obamacare aux Etats-Unis. Le pays s’est ainsi retrouvé dans une impasse. Aucun camp ne peut vaincre l’autre et ne veut négocier. Les accusations ont acquis le caractère plus personnelles vers la fin de la semaine Obama ayant critiqué non plus le parti républicain mais le républicain numéro un à la Chambre des représentants, John Boehner.

La chose la plus désagréable dans cette crise est ce que celle-ci est la conséquence du comportement absurde et insensé des républicains à Washington. Plus elle dure, pire c’est. Il n’existe qu’une seule façon de sortir de cette situation absurde et préjudiciable pour le pays, créée par les républicains. Le Congrès doit voter le budget pour financer le travail du gouvernement en oubliant leurs préférences politiques. La seule chose qui empêche de débloquer le travail du gouvernement et de permettre aux gens de reprendre leur travail, c’est le refus du président de la chambre John Boehner de donner aux membres du Congrès le droit de voter librement, c’est sa peur face aux membres radicaux de son parti.

Obama a rencontré à plusieurs reprises les leaders des démocrates et des républicains au Congrès, en vain. Qui plus est, la pomme de la discorde – Obamacare – semble avoir été oubliée. Aujourd’hui la question qui occupe tous les esprits est la suivante : qui sortira vainqueur de cette crise ? Pour l’instant ce sont les démocrates qui semblent avoir toutes les chances de gagner alors que les républicains accumulent les gaffes. Et c’est le leader de la majorité républicaine au Congrès, John Boehner, qui sert de bouc émissaire. A son tour il accuse les démocrates.

Hier soir j’étais à la Maison blanche. Et le président m’a une vingtaine de fois m’a répété pourquoi il ne voulait pas négocier. Ensuite le leader des démocrates au Sénat m’a parlé de la façon dont ils vont négocier avec nous. Ce matin j’ai lu au Wall Street Journal qu’il leur importait peu combien de temps la crise allait durer parce que cela leur profitait. Mais attendez ! Ce n’est pas un foutu jeu ! Les Américains ne veulent pas que le gouvernement ne travaille pas. Moi, je ne le veux pas non plus. Tout ce que nous demandons, c’est que les démocrates se mettent à la table des négociations pour parler. Afin que le gouvernement reprenne son travail.

La bourse a réagi assez calmement à la fermeture d’un tiers d’agences gouvernementales. Mais ce qui va suivre pourrait être une vraie apocalypse financière : le 17 octobre le gouvernement n’aura plus d’argent et il ne pourra pas emprunter le plafond étant déjà atteint. Ce sont les républicains qui pourraient autoriser à contracter de nouveaux prêts mais ils ne se dépêchent pas de le faire.

Les simples citoyens se retrouvent otages de cette situation. Des centaines de milliers de personnes sont contraintes de demander aux banques de leur accorder un délai supplémentaire pour rembourser leurs emprunts. Les entrepreneurs ne peuvent obtenir ni des documents ni les paiements dus dans le cadre des contrats avec le gouvernement. Voici ce qui disent les simples Américains :

Ils sont très loin de la vie réelle. Ils ne comprennent pas que leurs décisions ont des répercussions sur la vie des simples citoyens, sur nous.

Eux, ils continuent à percevoir leur rémunération alors que nous, on ne touche plus rien. Alors que ce sont eux qui sont à l’origine de la crise et pas nous. Il me semble que c’est injuste.

Pour le moment je ne subis que quelques désagréments à cause de ce qui se passe. Mais j’ai des connaissances dont beaucoup ont perdu de l’argent et devront faire face à des conséquences de cette crise. Il me semble que cela aurait pu être évité.

Selon les économistes, chaque jour de la crise coûte entre deux et trois cents millions de dollars et le préjudice total porté à l’économie du pays en cas de la fermeture des agences gouvernementales pendant deux semaines, coûtera plus de 55 milliards de dollars. C’est un préjudice comparable à celui porté par l’ouragan Katrina. Ceci sans tenir compte d’une éventuelle faillite. Et si les Etats-Unis arrêtent de payer la facture, les conséquences pourraient être tout simplement catastrophiques.

Roman Mamonov

La Voix de la Russie

Crise budgétaire aux Etats-Unis : les républicains et les démocrates peinent à se mettre d’accord

Partager cet article

Commenter cet article