infoetsecret.com

Articles récents

Une cité maya découverte au fond de la forêt mexicaine

15 Septembre 2013 , Rédigé par Admin

Une importante cité maya a été découverte dans la jungle de l'état mexicain de Campeche. Effectuée au début du mois de juin 2013, cete découverte est à mettre au crédit d'une équipe d'archéologues dirigée par Ivan Sprajc (Académie des Sciences et des Arts de Slovénie à Lubiana, Slovénie), dont les travaux de recherche étaient menés en partenariat avec l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire du Mexique (INAH).

Baptisée "Chactun" ("Pierre grande" en maya) par les auteurs de la découverte, cette cité maya aurait connu son apogée entre l'an 600 et 900 après JC.

S'étendant sur 22 hectares, la cité de Chactun abrite notamment au moins 15 pyramides, dont la plus haute culmine à 23 mètres de haut. Les archéologues y ont également découvert l'existence de plusieurs terrains de jeu de pelote, de monuments sculptés, ainsi que de nombreuses stèles et autels.

Selon Ivan Sprajc, la population de cette cité maya se comptait probablement en dizaines de milliers d'habitants. L'archéologue avance même le chiffre de 30 000 à 40 000 habitants, tout en soulignant la nécessité d'attendre qu'une exploration plus poussée de la ville soit menée.

Comment la cité maya de Chactun a-t-elle été découverte ? Grâce à des photographies aériennes, ainsi que grâce à la technique de la stéréoscopie. La stéréoscopie ? Ce procédé d'imagerie consiste à recréer une sensation de relief à partir de deux images planes : cette technique s'appuie sur le fait que la perception humaine du relief provient du fait que le cerveau utilise les deux images planes provenant de chaque œil pour reconstituer une image unique.

Les découvertes archéologiques s'accumulent au Mexique. En effet, on se souvient que les archéologues de l'INAH ont récemment mis au jour trois chambres funéraires au bout d'un tunnel situé sous la pyramide dite du Serpent à Plumes (lire

"Un robot découvre trois chambres funéraires sous un temple précolombien").

Par Julie Aram

Source

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com

Voir la vidéo de la cité de Chactun publiée par l'INAH TV :

Lire la suite

Les résultats miraculeux de la vitamine D3 à haute dose

15 Septembre 2013 , Rédigé par Admin Publié dans #SANTE ET NATURE

Cette 28ème édition contient une nouvelle et fascinante théorie qui explique que le diabète serait une défense développée durant l’évolution pour contrer les effets incontrôlés du gel pendant l’hibernation humaine.

Les 144 pages de ce livre sont remplies d’informations scientifiques, mais elles sont amusantes à lire. Après avoir réalisé que 4,000 IU de vitamine D3 par jour ne me suffisait pas, je me suis embarqué dans une « dangereuse » expérience qui contredisait directement tout ce que les docteurs en médecine m’avaient appris depuis des années :

« Ne prends pas trop de vitamine D, c’est dangereux ! »

J’ai commencé à prendre 20,000 IU par jour – 50 fois la dose recommandée de 400 IU par jour. Après environ 4 mois j’ai augmenté la dose à 50,000 IU par jour, autrement dit, 150 fois l’ancienne dose recommandée dite « sûre ». Puis je l’ai boostée à 100,000 IU par jour, autrement dit, 300 FOIS l’ancienne dose maximale « sûre » !

Que s’est-il passé ces 10 derniers mois ? Suis-je mort ? Ou tombé malade ? Non ! Tout le contraire !!

Une thérapie par haute dose de vitamine D3 l’année dernière a soigné tous mes troubles chroniques, que pour certains je traînais depuis plus de 20 ans !

1. Un douloureux syndrome de ressaut de la hanche dont je souffrais depuis 23 ans. Les docteurs n’y pouvaient rien. Il a disparu à 100%. Plus de douleur et plus de claquements !!
2. Ongles infectés de champignons jaunes (sous l’ongle) – J’ai tout essayé plus de 20 ans et rien n’a fonctionné, 10 mois de vitamine D3 à haute dose et ils sont clairs comme de l’eau de roche ! Guéris à 100%.
3. Une bosse osseuse sur mon coude me faisait ressembler à Popeye le marin. Elle s’est désormais dissoute à 100% et mon coude est redevenu comme il était il y a 20 ans.


4. Des épaules arthritiques raides, douloureuses, qui produisaient un cliquetis ou bruit sec, allant jusqu’à m’empêcher de jeter une balle de Baseball du marbre à l’avant-champ. J’avais ce problème depuis 15 ans. Disparu. Plus de bruit sec, de cliquetis et je peux lancer la balle deux fois plus loin.


5. Un kyste sur mon poignet, ne voulant pas partir depuis 5 ans, est passé de la taille d’une demi balle de golf à la taille d’un pois et il est maintenant dur comme la pierre, indolore, et il continue de rétrécir.


6. Un petit kyste sous-cutané sur le visage, que j’avais depuis 20 ans, a maintenant disparu !
7. Et en prime, sans même essayer de perdre du poids, j’ai perdu 11 kilos, passant de 92 à 81 kg.

Ce livre vous donne les résultats détaillés de mon expérience, les dangers à éviter, et évoque également une nouvelle théorie simple et élégante qui suggère comment de hautes doses de vitamine D3 peuvent contribuer à prévenir ou guérir toutes les maladies et problèmes de santé qui nous ont affecté depuis les années 80, lorsque les médecins se sont mis à nous déconseiller de rester au soleil et à nous imposer la crème solaire. Aujourd’hui, nous avons en résultat de véritables épidémies d’obésité, d’autisme, d’asthme, et de bien d’autres maladies !

La théorie est simple : La vitamine D3 est une hormone que votre peau produit lorsque vous êtes au soleil, ce n’est pas une vitamine, elle a tout simplement été mal catégorisée quand elle a été découverte. Quand votre taux de vitamine D3 est faible, votre corps se prépare à affronter l’hiver en se suralimentant, en diminuant son activité pour économiser l’énergie, et même en vous rendant déprimé pour que vous restiez confiné à la maison. Il est intéressant de voir que c’est cette même baisse du taux de vitamine D3 qui signale à l’ours que l’hibernation commence !

Si votre corps s’attend à la famine, comme c’est souvent le cas en hiver, il stockera vos ressources essentielles pour plus tard. Cela conduit à ce que j’appelle le Syndrome de Réparation Incomplète qui entraîne à son tour la plupart des maladies que les humains doivent affronter, en dehors des mutations génétiques spontanées des syndromes et maladies qui ne concernent que le vieillissement. De fortes doses de D3 peuvent être utilisées pour prévenir ou traiter un grand nombre de maladies comme la sclérose en plaques, l’asthme, 17 types de cancer, le lupus, l’arthrite, les maladies cardiaques, l’obésité, la dépression, Parkinson, et bien d’autres…

C’est ce qui fonctionne le mieux ! La plupart des docteurs en médecine ne passent que 4 ans à l’école de médecine, puis travaillent pour gagner leur vie. J’ai fait des recherches sur les maladies et le vieillissement depuis plus de 20 ans, et je suis resté 12 heures par jour pendant dix ans à la bibliothèque de l’école de médecine Northwestern, pour examiner les études cliniques et scientifiques ! J’ai publié trois articles majeurs; les éditeurs de la revue qui les a publiés ont reçu 5 prix Nobel. Et ils ont décrits mes articles comme étant passionnants et d’une importance capitale !

(Source : NewsOfTomorrow)

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com

Lire la suite

Fawkes News - Plus on est de Fawkes moins ils rient !: Les multiples secrets de l’Extrait de...

15 Septembre 2013 , Rédigé par Clément Brua

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

Chaos Syrien: le pire n'est jamais sûr et un bien peut surgir du mal - WikiStrike.com

15 Septembre 2013 , Rédigé par Clément Brua

Lire la suite

Le Conflit au Congo: La Vérité Dévoilée

14 Septembre 2013 , Rédigé par Admin

Lire la suite

Supertrash, le film coup de poing de la rentrée

14 Septembre 2013 , Rédigé par Admin

CINEMA - Plongée dans l'univers de nos poubelles, le film Supertrash, en salles le 9 octobre, lève le voile sur une situation accablante, aberrante, celle du traitement de nos déchets. Pendant quatorze mois, Martin Esposito a filmé une décharge à ciel ouvert dans le sud de la France, et témoigne d'une triste réalité peu connue jusqu'à présent. A voir.

C'est le film coup de poing de la rentrée. "Supertrash", qui sort en salles le 9 octobre prochain, porte bien son nom. Plus que du dégoût, il nourrit un véritable sentiment de révolte chez le spectateur. Durant quatorze mois, son réalisateur, Martin Esposito, ex-champion de windsurf passionné de photo, a filmé une décharge à ciel ouvert dans les Alpes-Maritimes. Résultat : pendant plus d'une heure, les images qui défilent sur l'écran sont à peines descriptibles. Cercueils d'enfants en fin de concession, mêlés à des produits toxiques, sur des tonnes de nourriture encore consommables, foie gras, poulets fermiers, hydrocarbures, médicaments sortis d'usine et... tapis rouges de Cannes. "Bienvenue en enfer", résume la voix off de Martin Esposito, qui se filme, caméra au poing et masque sur le nez, au milieu de ce no man's land surréaliste.

A l'origine de ce projet, il y a donc Martin, 35 ans. Son film, curiosité cinématographique, à mi-chemin entre le documentaire et le long métrage, était à la base un projet bien plus vaste : "après avoir vu le film d'Al Gore, "Une vérité qui dérange", sur le réchauffement climatique, j'ai eu envie de filmer des décharges à travers le monde", nous explique-t-il. Son point de départ : la décharge de la Glacière, à Villeneuve-Loubet, à côté de laquelle il a grandi petit. Il ne la quittera finalement pas pendant deux ans. Allant jusqu'à s'y nourrir, s'y loger, quitte à mettre son corps à l'épreuve. "A chaque découverte, j'ai su que je ne pourrai pas partir. Tout ce que je voulais montrer au monde était là, ici, en France", raconte-t-il.

Témoignage de la "folie humaine"

Alors il filme tout : les barils d'hydrocarbure balancés sans autorisation, les poubelles de plastique, issues d'un triage, jetées par centaines au milieu de la nourriture, des métaux, du verre, des milliers d'emballages neufs, de beaux livres... et de l'arsenic. Déversé n'importe où, il finira par se retrouver dans les rivières avoisinantes, où un homme pêche tranquillement. Des aberrations qui se comptent à l'infini. "On nous parle de recyclage, mais cela ne représente que 5% de nos déchets", s'insurge le réalisateur, d'une voix lente. "Il faut aller dans une décharge pour découvrir la folie humaine". Et la Glacière ne fait pas exception : "des décharges comme ça, on en trouve partout, sur les 2.000 que compte la France", souligne Martin Esposito.

Pire, "la Glacière n'est pas une décharge improvisée, nous explique-t-il, mais bien un lieu organisé par un acteur de l'environnement et de la propreté". Veolia. Son nom est flouté sur les dizaines camions que l'on voit déverser tour à tour leurs déchets, comme dans un ballet interminable. "C'est pour changer les choses, réveiller les consciences, mais aussi les obliger à changer leurs méthodes" que Martin a fait ce film. Les nombreux témoignages des salariés sont accablants. Ils savent bien que ce qui se passe là n'est pas normal.

"Veolia a vu le film, et l'a mal pris, c'est dommage", résume, dans un euphémisme, le jeune cinéaste. L'entreprise, que nous avons sollicitée, n'a pas tenu à régir. "Il le faudra bien un jour, nous répond, sévère, Martin Esposito. Pour le moment, on est sympa, mais après on va devoir passer à l'étape suivante, plus forte", nous raconte, énigmatique, celui qui dit avoir de nombreux "projets en tête". Et de conclure : "je m'en fous, moi, je n'ai rien à perdre, et je ne veux pas vivre dans ce monde-là".

Source

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com

Lien direct

http://0z.fr/Mghdz

Supertrash, le film coup de poing de la rentrée
Lire la suite

VIDEO DU WE- Klaus Dona : L'Histoire cachée du genre humain FR

14 Septembre 2013 , Rédigé par Admin Publié dans #HISTOIRE

Lire la suite
Lire la suite