infoetsecret.com

Articles récents

Chine : hausse alarmante des crédits informels, éclatement d’une bulle en vue ?

18 Septembre 2013 , Rédigé par Admin

Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu !
Alors que depuis déjà quelques mois, nous évoquons les craintes des analystes face à l’éclatement d’une nouvelle crise de crédit, certains voyant même les prémices d’un credit crunch, les choses semblent s’accélérer.

Selon les données publiées par la Banque centrale chinoise, les prêts accordés en août dans l’Empire du Milieu ont quasiment doublé en un mois, atteignant 1.570 milliards de yuans. Mais élément encore plus grave : seuls 45% d’entre eux sont des crédits bancaires, la majorité des prêts correspondant à des crédits informels (shadow banking), lesquels inquiètent au plus haut point les analystes.
Autre fait notable : ce chiffre est nettement supérieur à la moyenne de 950 milliards anticipée par les économistes.
Les banques chinoises n’ont ainsi accordé « que » 711,3 milliards de yuans (116,2 milliards de dollars) en nouveaux prêts en août contre 699,9 milliards de yuans en juillet. Des chiffres eux aussi au dessus des prévisions du marché, lequel tablait sur 710 milliards.

Des éléments dont s’alarment les agences de notation et la Coface. Standard & Poor’s a ainsi indiqué cette semaine que les défauts de paiement allaient très certainement se multiplier en 2013 en Chine.
En juin dernier, déjà, l’agence de notation Fitch indiquait qu’un éclatement d’une bulle de crédit sans précédent dans l’histoire du monde moderne risquait d’éclater en Chine.

Rappelons également qu’à cette date, le marché interbancaire chinois, sur lequel les établissements financiers se prêtent de l’argent au quotidien, a été confronté à une sévère pénurie de liquidités, provoquant durant trois semaines une envolée des taux à court terme sur ce même marché et mettant en péril la capacité des banques à se financer et à accorder des prêts. La Banque Centrale chinoise avait au final annoncé le 30 juillet avoir injecté 17 milliards de yuans (2,8 milliards d’euros) dans le système bancaire.

En février déjà, nous avions d’ores et déjà évoqué quant à nous les craintes des analystes. Ces derniers s’alarmant d’une croissance excessive des prêts bancaires accordés au secteur privé, et des prêts accordés en dehors du secteur formel de plus en plus nombreux … et difficiles à rembourser.

Les experts s’attendaient alors à ce que la situation pour le moins tendue perdure, le pire restant à craindre selon eux. Ces derniers estimaient alors que la PBOC devrait maintenir sa politique de forte restriction de l’accès au crédit pour les entreprises et les particuliers. Raisons invoquées : le niveau élevé de créances douteuses détenues par les banques chinoises. Un contexte qui fait craindre aux investisseurs que les banques soient confrontées à des difficultés de plus en plus fortes pour se refinancer.

Les autorités monétaires et politiques chinoises souhaitent désormais mettre fin à l’expansion très rapide du crédit de ces dernières années. Il est vrai qu’il y a urgence, à moins que le mal ne soit déjà fait … Principaux établissements dans le viseur : les petites banques, lesquelles ont multiplié leurs prêts tout en spéculant massivement.
Une situation qui pousse le gouvernement à « assainir » le marché bancaire, fermant le robinet aux établissements les plus risqués, une politique pouvant conduire certains à la faillite.

En mai dernier, un rapport publié par l’agence de notation Moody’s indiquait que les prêts informels accordés en dehors du secteur bancaire en Chine avaient progressé de près de 70% au cours des deux dernières années … représentant désormais l’équivalent du 55% du Produit intérieur brut (PIB). Les produits financiers de ce secteur informel s’élevaient à la fin 2012 à 29.000 milliards de yuans (3.600 milliards d’euros), selon des premiers calculs de Moody’s.

Selon une définition plus étroite du secteur excluant les prêts accordés par des sociétés fiduciaires et les obligations adossées à des actifs, le secteur informel ne pèserait que 21.000 milliards de yuans, mais tout de même 39% du PIB. Font partie du périmètre plus étroit de calcul : les prêts accordés par des particuliers (les « tontines »), les fonds de gestion d’actifs, les prêteurs sur gages et les sociétés de micro-crédit.
Le recours à ce type de prêt résulte en partie de la difficulté des emprunteurs, notamment du secteur privé et des petites entreprises, à se financer auprès des banques, lesquelles privilégient les entreprises qui, comme elles, sont étatiques.
Le rapport de Moody’s indiquait parallèlement que « le secteur bancaire informel pourrait avoir un effet de levier sur les finances de l’économie au sens large et amplifier les craintes d’une bulle de crédit ». Nous y voilà … L’agence de notation estimant que la croissance rapide des prêts informels augmentait les risques pour le système bancaire et l’économie chinoise dans son ensemble.
« Vu la taille considérable et la croissance des activités bancaires informelles en Chine, nous doutons de la capacité des banques à se prémunir contre une augmentation significative des défauts de paiement » dans ce secteur, mettait encore en garde Moody’s.
En mars dernier, la Commission de régulation bancaire avait quant à elle ordonné aux banques de contrôler plus étroitement les fonds de gestion d’actifs dans le but d’endiguer les risques et d’accroître la transparence. Un coup d’épée dans l’eau selon Moody’s ….

Selon Fitch, les banques chinoises auraient en quelque sorte caché dans un deuxième bilan parallèle l’équivalent de 2 milliards de dollars de prêts, mécanisme leur permettant de contourner les limites officielles et nouvelles réglementations mises en place pour freiner les excès. Pratiques de nature à engendrer l’éclatement d’une bulle du crédit. Car, toujours selon l’agence de notation, la moitié des prêts doivent être renouvelés tous les trois mois, et un quart en moins de six mois.
Selon Charlène Chu, directrice principale de Fitch à Pékin, « Le pays a dupliqué la totalité du système bancaire commercial américain en cinq ans ». Ajoutant que le crédit est passé de 9 000 à 23 000 milliards de dollars depuis l’effondrement de Lehman Brothers.
« Tout cela est bien pire que tout ce que nous avons pu connaitre auparavant dans une économie majeure. Nous ne savons pas ce qui va se passer. Les six prochains mois seront cruciaux », estimai alors Chu. Pour elle, « le modèle de croissance basé sur le crédit est clairement en train d’exploser. Cela pourrait alimenter une crise massive de sur-capacités, et potentiellement à une déflation à la japonaise ».

Selon Wei Yao de la Société Générale, le niveau d’endettement des entreprises chinoises a atteint le seuil de 30% du PIB, soit le seuil critique … typique des crises financières. Estimant par ailleurs que de nombreuses entreprises ne parviendront pas à rembourser ces prêts, ni même les intérêts. Le pays pourrait ainsi se rapprocher d’un « Minsky moment » : moment où la montagne de dettes s’effondre sous son propre poids.

Sources : Les Echos, AFP, Reuters, La Tribune, The Telegraph

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 15 septembre 2013

Chine : hausse alarmante des crédits informels, éclatement d’une bulle en vue ?
Lire la suite

Une serre biologique change la vie d’un hôpital de Détroit

18 Septembre 2013 , Rédigé par Admin Publié dans #SANTE ET NATURE

La serre biologique de l’hôpital Henry Ford de West Bloomfield, cité de la banlieue de Détroit, fait figure de modèle aux Etats-Unis. Depuis son lancement il y a un an, des dizaines de variétés de légumes y sont cultivées pour la consommation des patients qui mettent la main à la pâte lors d’ateliers. A travers cette thérapie par le jardinage, le projet vise à sensibiliser les patients sur les bienfaits d’une alimentation saine contre les maladies chroniques telles que l’obésité.

Alimentation et participation

C’est un donateur anonyme qui a permis à la serre de sortir de terre en septembre 2012. L’espace de 140 m2 est géré par Michelle Lutz, jardinière attitrée. Derrière les parois de verre des dizaines d’espèces de légumes et herbes y sont cultivées grâce aux techniques bio et selon les saisons. Une fois récoltés, les produits sont cuisinés par le chef de l’hôpital et atterrissent dans les assiettes des patients. L’établissement de 200 lits a ainsi fait chuter sa facture annuelle d’achats alimentaires de plusieurs milliers d’euros.

En pratique, Lutz a opté pour un mode de culture en hydroponie (hors-sol) pour deux raisons. Cette méthode permet d’abord de mieux contrôler la croissance des plantes et de consommer 10 fois moins d’eau que les cultures traditionnelles. En l’absence de terre, elle offre aussi un gain de place utile à la venue de patients, scolaires et autres visiteurs à l’occasion d’ateliers et leçons de jardinage. Car la serre joue aussi un rôle de sensibilisation clef.

Sensibiliser au-delà de l’hôpital

Lieu de détente et de thérapie par le jardin, cette serre biologique s’accompagne d’une cuisine de démonstration où des cours de gastronomie sont dispensés. Les patients y apprennent les manières de prévenir ou gérer les maladies chroniques grâce à des méthodes de culture et pratiques alimentaires saines.

Non loin de la serre, un centre éducatif accueille les plus jeunes. Des cars scolaires affluent de tout le Michigan. La serre de l’hôpital de West Bloomfield représente un modèle dans cet état, et même au-delà à travers les Etats-Unis. « Nous voulons influencer nos jeunes à porter un autre regard sur la nourriture et sur ce qu’ils mettent dans leur ventre » indiquait Gerard Van Grinsven, l’ex-directeur de l’établissement lors du lancement du projet.

Quant à Michelle Lutz à qui l’on demande souvent si elle est la seule jardinière d’hôpital du pays, elle répond : « Je pense que oui, mais ne je veux pas le rester. J’espère que de nombreux autres hôpitaux s’inspireront de ce que l’on fait ici ».

Nicolas Blain

- See more at: http://www.courantpositif.fr/une-serre-biologique-change-la-vie-dun-hopital-de-detroit/#sthash.ymgD7g1B.dpuf

Source

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com

Une serre biologique change la vie d’un hôpital de Détroit
Lire la suite

La comète Ison a modifié sa trajectoire .

17 Septembre 2013 , Rédigé par Admin

S'il faut en croire les russes.

Il y a d'abord la vidéo :

Et il y a aussi cet article en lecture directe sur le lien ci-dessous :

http://0z.fr/zDjNWhttp://

Par Ben Garneau Publié dans : ISON = la nouvelle comète

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

PIERRE JOVANOVIC - Notre-Dame de l'Apocalypse, ou le troisième secret de Fatima

17 Septembre 2013 , Rédigé par Admin Publié dans #MYSTERE

Entretien vidéo de Yann-Erick avec Pierre Jovanovic à propos de son livre "Notre-Dame de l'Apocalypse, ou le troisième secret de Fatima" aux éditions Le jardin des livres.

Lire la suite

TROISIEME PARTIE DU SECRET DE FATIMA

17 Septembre 2013 , Rédigé par Admin

Publié sous toute réserve ...Mais ???

Lire la suite

Padre Pio - prophéties pour notre époque

17 Septembre 2013 , Rédigé par Admin Publié dans #MYSTERE

Un article très intéressant sur le Blog de Ben Garneau, à lire sur le lien direct ci-dessous :

http://0z.fr/iNhdR

Lire la suite

Père Amet, exorciste : un guerrier pacifique

17 Septembre 2013 , Rédigé par Admin Publié dans #MYSTERE

Dans nos villes et nos campagnes, des prêtres exorcistes officient et selon l’Eglise catholique, la demande est croissante. Loin des clichés scabreux, le père jésuite Henri Amet, exorciste pendant dix ans au diocèse de Lyon, nous confie son expérience.

Le père Amet se souvient comme si c’était hier de ce dernier rendez-vous au terme d’une longue journée de consultation. Fabien, 38 ans, célibataire, s’assoit en face de lui et dit : « Mon père, j’ai fait un pacte avec le diable. » Attiré par le satanisme, familier des rites d’envoûtement, l’homme a acheté un livre de formules en latin, et a demandé entre autres la mort de ses parents avec qui il ne s’entend pas. Lorsqu’ils sont tombés malades sans raison apparente, que sa propre santé s’est dégradée, il a paniqué. Souffre-t-il de troubles psychiatriques ? Peut-être. Mais c’est sur les conseils d’un psychiatre qu’il vient voir le prêtre. Le suivi de Fabien va durer plusieurs années.
Assis à son bureau, dans sa chambre de la communauté François de Salles à Lyon – un espace sans télévision ni rien de superflu – le père Henri Amet poursuit sa réflexion sur l’homme, créature partagée entre volonté de faire le bien, et incapacité de ne pas faire le mal. La doctrine de l’Eglise fournit des explications du mal. Mais la fonction d’exorciste interroge perpétuellement.
« On ne sort pas indemne d’un entretien avec un consultant qu’on considère comme un frère ou une sœur et non comme un cas à traiter » explique le Père Amet. Les gens qui se présentent sont avant tout des blessés de l’âme, dont certains attribuent leur malheur à la sorcellerie ou à l’oeuvre du diable.
Pour des milliers de gens en France en effet, la question du diable n’est pas « un combat d’arrière-garde ». Après mai 68, le rituel était tombé en désuétude, avec moins de dix exorcistes pour l’ensemble du pays. Mais la demande va croissante. Aujourd’hui, chaque diocèse – il y en a autant que de départements – en compte au moins un. Ils sont peu actifs dans des régions comme la Haute-Loire. Il en va autrement en Ile-de-France, où une équipe de treize personnes voit environ 2 000 consultants par an. A Lyon, le père Amet en a reçu plus de 2 000 entre 1997 et 2006.

On s’imagine trop souvent l’exorciste en « prêtre guerrier qui brandit son goupillon au-dessus d’une jeune fille très agitée » dit-il en souriant. « Mais c’est Jésus-Christ qui guérit. Le prêtre, ajoute-t-il, n’est pas un gladiateur, ni un médecin, ni un sorcier. Il prie, c’est son seul rôle. »
Pourtant, le Père Amet a bien quelque chose du guerrier pacifique. Solide comme un roc, il est ancré dans sa foi et dans une histoire familiale qu’il décrit à la fois paisible et structurante. Né en 1928 au Puy-en-Velay où il devient étudiant dans un pensionnat catholique, Henri Amet suit son inclination naturelle, encouragé par une famille unie. Son père est un modeste fabricant de dentelles. Ses deux frères seront préfet et général de gendarmerie, des fonctions qui comme celle d’exorciste, exigent qu’on sache faire preuve d’autorité.
Henri Amet aiguise cette compétence en dirigeant plusieurs établissements scolaires, à Vannes, Bordeaux puis Marseille, après avoir été ordonné prêtre en 1960. Une maladie cardiovasculaire et l’âge de la retraite l’obligent à interrompre cette carrière. Il est alors nommé à Lyon comme supérieur d’une communauté, et « trouve du travail » en s’agrégeant à une équipe de prêtres confesseurs. Il développe des qualités de conseiller spirituel qui lui valent de nombreuses amitiés.
Intéressé depuis toujours par la question du mal, « vieille comme l’humanité », il croit en l’existence du diable, « un être spirituel, perverti et pervertisseur » qui jouit d’une « liberté figée dans le mal » et influence les actions des hommes. Au risque d’être traité « d’arriéré », il pense que les histoires de sorcellerie ont une réalité sous-jacente, et qu’il y a une « complicité de personnes qui font du mal avec le diable ».
Alors certes, Henri Amet n’était « pas programmé pour être exorciste », d’autant que « ce n’est pas une charge qu’on brigue ». Mais lorsqu’à l’aube de ses 70 ans, il se voit proposer le poste par l’archevêque, il accepte sans hésiter. Charles Chossonery, seul exorciste du diocèse de Lyon avant sa nomination, sera son ami et aussi son mentor.

Une humanité malheureuse


L’exorciste est toujours un prêtre expérimenté, « c’est-à-dire un vieux ». Lorsqu’il pense qu’une personne est possédée, il pratique le rituel du grand exorcisme ou exorcisme majeur. L’ancien datait de 1614. Réformé en 1998, il a été publié en latin en 1999, puis en français en 2006. « Il ne s’agit pas d’un rite magique, mais d’une prière bien structurée », voie royale du désenvoûtement. Le prêtre prononce beaucoup plus souvent la prière de délivrance qui se trouve en annexe du livre. L’Eglise retient plusieurs critères pour identifier les cas de possession : la personne doit avoir une force herculéenne, parler des langues inconnues d’elle, prédire l’avenir et être capable de dire ce que pense l’exorciste. Autant de caractéristiques qu’on retrouve dans les films sur le sujet, depuis L’Exorcisme d’Emily Rose jusqu’au récent Rite.
Reste que les ingénues de 19 ans qui insultent les prêtres en araméen ne courent pas les rues. Bien sûr, les exorcistes racontent des histoires terrifiantes. Certains ont constaté des réactions violentes à l’eau bénite, d’autres affirment garder dans leurs tiroirs les clous rouillés crachés par les victimes. Le père Amet a assisté à des scènes au cours desquelles quatre hommes peinaient à contenir une femme. Mais pour lui, « le critère le plus authentique est l’aversion des gens qui avaient la foi et qui soudain, ne peuvent plus prier ».
Ces cas sont loins d’être la majorité. Avant d’être possédée, l’humanité qui se présente au cabinet du Père Amet est percluse de malheurs, population étrangère comme française, ouvriers, chômeurs, mais aussi avocats, scientifiques, psychologues, commerçants… La misère n’est pas seulement matérielle ou physique, elle est aussi spirituelle et morale. « Il n’y a que deux catégories socioprofessionnelles que je n’ai jamais reçues, résume le Père Amet : les médecins et les curés. » Les femmes forment le gros de la troupe des consultants « parce qu’elles osent plus parler d’elles » estime le prêtre. Paul, quarante ans, célibataire et cadre commercial, a perdu en deux ans son travail, son appartement et sa santé. Il est revenu chez ses parents, souffre d’un état dépressif et est persuadé qu’une amie jalouse l’a envoûté ; Josiane, camerounaise sans travail, sans mari, sans permis de séjour, va de foyer en foyer : « Je suis mal dans ma tête, dans ma peau, dans ma vie spirituelle… », écrit-elle.

Souvent, prendre le temps d’écouter sans juger, puis de réconforter, procure un soulagement suffisant. Une parole autoritaire peut dissiper les craintes de ceux qui se pensent à tort possédés. Mais quand vient le moment de la décision, « même si on est formé pour ça, on est seul » souligne l’exorciste. « Vous ne pouvez pas renvoyer la personne en disant : je ne sais pas, je ne peux rien faire. Même si vous lui conseillez de voir un psychiatre ou un psychologue – et nous avons des adresses – il faut tout de même s’engager et donner une parole libératrice. »
Schématiquement, les prêtres exorcistes se divisent en deux tendances : les « diabolisants » qui penchent plus volontiers en faveur de l’explication par la possession, les « psychologisants » qui rattachent les maux des consultants à l’expression de pathologies ou de traumatismes. « Il faut éviter les deux abîmes, tranche le père Amet, et savoir si le problème est davantage psychologique ou davantage spirituel. » Il dit se fier à un raisonnement éclairé par la prière pour établir une distinction entre, par exemple, un début de schizophrénie et un véritable problème spirituel. Lorsqu’il était exorciste « officiel », jusqu’en 2006, le Père Amet se rendait tous les deux mois à une rencontre avec des psychiatres pour discuter des cas. Un professeur de médecine à Lyon lui dit un jour : « Les cas que les exorcistes m’amènent, je n’en ai jamais vu de tels. Il semble que nous, psychiatres, n’atteignons pas ce domaine.» Pas toujours facile, la collaboration avec les psychiatres et les psychologues est selon le prêtre indispensable.

L’esprit de discernement


D’autant qu’en matière de possession, l’habit ne fait pas le moine. L’exemple d’Amélie, 30 ans, est éloquent. Elle se présente accompagnée de deux prêtres de sa paroisse et de sa sœur. Tous les trois sont convaincus que la jeune femme est possédée. Lorsque le père Amet leur propose de prier ensemble, Amélie se met à hurler, et à s’agiter à tel point qu’il faut la tenir. « A ce moment-là, j’ai une intuition, se souvient le Père Amet : inconsciemment, elle se donne en spectacle. » Un suivi psychologique réglera le problème.
Avec Anna, c’est une autre histoire. La jeune fille se trouve dans un hôpital psychiatrique lorsque deux de ses amis viennent trouver Henri Amet. Ils sont inquiets. Anna est très déprimée, a des tics, se taillade les veines. Lorsqu’à l’hôpital, il lui propose une prière de délivrance, elle accepte avec beaucoup de scepticisme. Elle nous affirme pourtant avoir ressenti un changement, une amélioration, même si elle a eu encore bien « des moments pénibles par la suite » selon le père Amet. Aujourd’hui, elle s’apprête à prendre le voile. De l’hôpital psychiatrique au couvent, la trajectoire peut prêter à discussion. Mais Anna la vit comme une réalisation. Pourquoi l’exorciste lui a-t-il proposé la prière de délivrance, alors qu’elle-même ne se pensait pas possédée ? Un esprit est intervenu, « l’esprit de discernement » cher à l’exorciste.
C’est ce même esprit qui l’incite à utiliser avec parcimonie l’exorcisme majeur, moins d’une trentaine de fois au cours de sa carrière. Il a pratiqué un tel rituel à la demande de Fabien, le consultant qui avait fait un pacte avec le diable afin de se débarrasser de ses parents. « Il y avait une vraie coopération de sa part et je pense que ça a réussi » dit le père Amet. D’autres fois, c’est l’échec. Mathilde, chef d’entreprise d’une quarantaine d’années, souffre de troubles psychiques après avoir pratiqué une technique orientale énergétique. Cinq ans après l’exorcisme solennel, elle lui écrit de l’hôpital psychiatrique où elle est internée. Rien n’a changé pour elle, elle est au plus mal.

Décrié, le ministère d’exorciste est parfois frustrant, car le prêtre sait rarement si ses efforts ont porté leurs fruits. Les consultants ne donnent pas toujours de nouvelles. L’expérience reste souvent subjective, à jamais prisonnière de l’intime conviction des envoûtés, psychotiques, schizophrènes, et des gens égarés dans leurs peurs, au détour d’une expérience ou parce que le malheur les frappe. Mais pour le père Amet, l’essentiel est ailleurs, dans le réconfort prodigué à ceux qui se pensent oubliés du monde et de Dieu. « Etre exorciste m’a forcé à être toujours droit dans ma foi, dans mes convictions, dit-il, ce fut pour moi un ministère de la miséricorde. »

INREES

Source

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com

Père Amet, exorciste : un guerrier pacifique
Lire la suite

Un « Armageddon solaire » attendu sur Terre

17 Septembre 2013 , Rédigé par Admin Publié dans #ACTIVITE SOLAIRE

Par La Voix de la Russie | La Terre sera exposée à une forte influence du rayonnement solaire très prochainement, cela s’explique par le fait de l'apparition à la surface de l'astre central du système solaire, d’un grand nombre de taches solaires, dont les sites sur lesquels les émissions de plasma solaire se produisent.

Les scientifiques affirment que de nombreuses défaillances dans le fonctionnement des satellites seront une partie intégrante de la période de forte activité solaire, connue actuellement sur notre planète.

Lien source de l'article

http://french.ruvr.ru/news/2013_09_10/Un-Armageddon-solaire-attendu-sur-Terre-3614/

Un « Armageddon solaire » attendu sur Terre
Lire la suite